Répertoire des toponymes

Ville

Ville

Répertoire des toponymes

L'histoire d'une ville, d'une région ou d'un pays s'inscrit bien sûr dans l'espace, les édifices et les paysages, mais la mémoire est une faculté qui oublie. Voilà toute la valeur de la science qui étudie les noms de lieux : la toponymie. Pour se souvenir de ce que certains appellent l'âme d'un endroit, de ceux qui l'ont habité autrefois ou des événements marquants qui y ont eu lieu, les noms constituent une source d'information précieuse.

À Chibougamau, les noms de rues révèlent toute la richesse de l'histoire, à laquelle s'entremêlent indifféremment les référents des Blancs et ceux des Cris. De la poésie décrivant la majestueuse nature aux noms rappelant l'usage passé de certaines rues, la toponymie de Chibougamau est riche.

Nous vous invitons à découvrir la ville de Chibougamau au moyen de capsules toponymiques. Vous y trouverez assurément de quoi voir votre ville autrement !

Pour en savoir davantage…

Sur le nom de la ville et ses significations, cliquez ici.

Sur le lac Chibougamau et ses significations, cliquez ici.

Signification des noms de rues de Chibougamau

La plupart des noms de rues de la ville ont une connotation historique, ayant été choisis en l'honneur d'un pionnier venu s'y établir au début des années 1950, en hommage à une personnalité du milieu ou encore en lien avec des compagnies établies à Chibougamau. Voici donc la liste des noms de rues, accompagnée d'annotations (sujettes à changement).

 

Rue Beaudoin

En l'honneur de Madame Alfreda Beaudoin, femme d'affaires et enseignante, arrivée à Chibougamau en 1953. Avec son conjoint, elle a administré différents commerces tels que J.L. Beaudoin Meubles, Tabagie Beaudoin et l'hôtel Chibougamau Inn. Elle s'est démarquée par sa grande implication sociale. Elle fut la première femme marguiller de la paroisse St-Marcel de Chibougamau. Madame Beaudoin  se dévouait à sa communauté et a contribué à la mise sur pied d'organismes communautaires, vouée à la défense des droits de la personne et à la lutte contre la pauvreté soit, la Communauté de base Justice et Solidarité, le Comité de cuisine collective et La Couvée.

Rue Bert-Filion

En l'honneur de Bertrand Filion, dit Bert Filion, pionnier qui fut propriétaire de l'Hôtel Obalski (aujourd'hui le Bar Gwillim), après en avoir été copropriétaire avec Philippe Savard. Le nom de cette rue a été officialisé le 21 janvier 1997.

Rue Bidgood

En l'honneur de Nelson Bidgood, venu s'établir à Chibougamau en 1949 pour y faire de la prospection. Avec son équipe de travail, il découvrit le gisement de la mine Jaculet, dont il est devenu le premier gérant. Bidgood fut très engagé auprès de sa communauté. Avec son épouse et son fils unique, Chick, il quitta Chibougamau en 1981. 

C'est grâce à la générosité de son fils que la Société d'histoire régionale de Chibougamau peut proposer une magnifique exposition permanente.

Rue Bordeleau

En l'honneur de Joachim Bordeleau, arrivé à Chibougamau en 1950, qui fut propriétaire de l'Hôtel Obalski (maintenant le Bar Gwillim).

Boulevard Campbell

En référence à la mine Campbell.

Rue Caron

En l'honneur d'Albanie Caron, pionnier commerçant.

Rue Christophe-Colomb

En l'honneur du découvreur de l'Amérique.

Rue David

En l'honneur de l'échevin Hector David, en fonction de 1958 à 1960 et de 1965 à 1971. 

Rue de Billy

En l'honneur du docteur Godefroy de Billy, arrivé à Chibougamau en 1956 pour y exercer sa profession de dentiste. Il fut élu maire de la ville en 1958 lors des premières élections municipales. Très engagé auprès de sa communauté, il occupa la fonction de maire pendant près de 20 ans, soit de 1958 à 1975 et de 1979 à 1981.

Rue Demers

En l'honneur de Lucien Demers, pionnier et prospecteur dans les années 1950.

Rue Dubuc

En l'honneur d'Antoine Dubuc, qui fit installer la première ligne téléphonique reliant Chibougamau aux autres régions. Il fut donc le premier à Chibougamau à avoir le téléphone.

Rue Dufresne

En l'honneur d'Alphonse-O. Dufresne, sous-ministre des Mines de 1941 à 1960.

Rue Dumas

En l'honneur de Paul Dumas, de Saint-Félicien, premier concessionnaire d'automobiles à desservir Chibougamau.

Avenue Fleury

En l'honneur de Gabriel Fleury, l'un des premiers prospecteurs à résider à Chibougamau aux alentours de 1937. C'est grâce à lui que le Moulin à Fleury (près du parc Lions) existe, car c'est à la sueur de son front qu'il le construisit pour y broyer son minerai. Le nom de cette avenue a été officialisé le 7 juillet 1966.

Rue des Forces-Armées

En l'honneur de la station des Forces armées canadiennes, qui gérèrent une base militaire à Chibougamau de 1962 à 1988.

Rue Gagnon

En lien avec la présence dans ce secteur de l'ancienne compagnie de câblodistribution Gagnon TV, de Saint-Félicien, appartenant à Fernand Gagnon, ainsi qu'avec la Scierie Gagnon (cour à bois et quincaillerie), gérée par Paul Gagnon, lui aussi de Saint-Félicien.

Rue de la Gare

En référence à  la gare du Canadian National à Chibougamau.

Rue Gendron

En l'honneur de Conrad Gendron, échevin de 1958 à 1968. Le nom de cette rue a été officialisé le 4 juin 1973.

Rue Gilman

En l'honneur de l'un des premiers ingénieurs miniers de la région.

Rue du Golf

En référence à la présence du terrain de golf dans ce secteur. Le nom de cette rue a été officialisé le 21 janvier 1997.

Boulevard Hamel Est/Ouest

En l'honneur d'Alfred Hamel, de la compagnie Hamel Transport.

Rue Henderson

En référence à la mine Henderson.

Rue Jaculet

En référence à la mine Jaculet.

Rue Jos-Mann

En l'honneur de Jos Manzoti, Canadien d'origine autrichienne et italienne qui abrégea son nom en celui de Jos Mann afin que ses compagnons de travail s'en souviennent. On dit de lui qu'il fut un prospecteur bien connu, un coureur des bois de premier ordre et un aventurier pittoresque du nord. 

On lui avait aussi donné le nom de Joe Chibougamau, parce qu'il s'était endormi dans le train. Le personnel du Canadian National, pour lui faire une blague, lui avait mis une étiquette de bagage portant l'inscription « Chibougamau », d'où ce surnom qui lui est resté jusqu'à sa mort, en 1975, et qui fut popularisé par Larry Wilson dans son ouvrage bien connu L'Appel du Chibougamau. Le nom de cette rue a été officialisé le 21 janvier 1997.

Rue Jourdain

En l'honneur de Raoul Jourdain, premier citoyen blanc à naître, à se marier et à mourir à Chibougamau.

Rue Laflamme

En l'honneur de Jean-Baptiste Laflamme, premier maire nommé lors de la constitution de la municipalité, en 1954. Il fut en fonction de 1954 à 1958. Le nom de cette rue a été officialisé le 7 octobre 1960.

Avenue Lafontaine

En l'honneur de Jean-Marie Lafontaine, dit Bill, premier registraire du Bureau du ministère provincial des Mines à Chibougamau, dont l'ouverture officielle eut lieu le 1er novembre 1950. Le nom de cette avenue a été officialisé le 9 février 1965. Il était jusqu'alors Avenue du Parc Ouest.

Rue Laframboise

En l'honneur du père Paul-Émile Laframboise, oblat de Marie Immaculée, fondateur de la paroisse Reine-du-Rosaire.

Rue Lamontagne

En l'honneur de Jean-Louis Lamontagne, homme d'affaire qui a été le propriétaire du premier marché d'alimentation à prendre place au centre-ville de Chibougamau, au début des année 1950. Au tout début, le Marché Lamontagne avait plusieurs utilités. Entre autres, il servait de lieu culte et les premières messes catholiques y ont été célébrées par le curé Marcel Vinette. Soulignons que M. Lamontagne a également été co-fondateur de la compagnie provigo en 1969.

Rue Lanctôt

En l'honneur de Jean-Paul Lanctôt, échevin de 1960 à 1971 et maire de 1975 à 1978. Le nom de cette rue a été officialisé le 9 mai 1972.

Rue Larose

En l'honneur du frère Clément Larose, très engagé auprès des jeunes de Chibougamau.

Rue Leblanc

En l'honneur du chanoine Rosaire Leblanc, curé de Chibougamau, qui aménagea le Patro en église et en presbytère jusqu'à la construction des premières églises en 1964 (Saint-Marcel) et 1965 (Reine-du-Rosaire). Il fut aussi un fervent promoteur de la construction de l'hôpital et le responsable de la venue des sœurs dominicaines de la Trinité pour en assurer les services hospitaliers. Le nom de cette rue a été officialisé le 4 juin 1973. 

Rue McLean

En l'honneur de Donald McLean, premier gérant de la mine Campbell. Le nom de cette rue a été officialisé le 4 juin 1973.

Rue McKenzie

En référence au nom du canton dans lequel se trouve la ville, canton nommé en hommage à Peter McKenzie, qui fut le premier à découvrir du cuivre à Chibougamau, en 1903.

Chemin Merrill

En référence à la mine Merrill.

Rue Moisan

En l'honneur de Lionel Moisan, directeur des opérations ferroviaires du Canadian National Senneterre-Chibougamau et premier chef de gare de Chibougamau.

Rue Monseigneur-Houde

En l'honneur de monseigneur Henri-Paul Houde, curé de la paroisse Saint-Marcel, qui fut particulièrement engagé dans la vie communautaire et pastorale.

Rue Normand

En l'honneur d'Emmanuel Normand, ingénieur très engagé auprès de la communauté chibougamoise. Le nom de cette rue a été officialisé le 4 juin 1973.

Rue Obalski

En l'honneur de Joseph Obalski, surintendant des Mines du Québec. En 1904, le département de la Colonisation, des Mines et des Pêcheries l'envoya au lac Chibougamau pour y vérifier l'importance des découvertes faites par le prospecteur Peter MacKenzie.

Rue des Oblats

La rue située en face de l'église Reine-du-Rosaire fut nommée, le 9 février 1965, Rue des Oblats. La paroisse Reine-du-Rosaire était desservie par la congrégation religieuse des oblats de Marie Immaculée. Depuis 1985, les oblats ont la responsabilité des deux paroisses fusionnées (Saint-Marcel et Reine-du-Rosaire), formant une seule entité sous l'appellation de Paroisse de Chibougamau. 

Rue O'Connell

En l'honneur de Herb-J. O'Connell, entrepreneur, propriétaire d'une compagnie de construction de routes.

Avenue du Parc

En référence au parc qui s'y trouvait. Le nom de cette avenue a été officialisé le 9 février 1965. Il était jusqu'alors Avenue du Parc Est.

Avenue Perreault

En l'honneur de Camil-Rodolphe Perreault, commerçant, premier président de la Chambre de commerce et premier secrétaire-trésorier de la Ville en 1954. Le nom de cette avenue a été officialisé le 7 juillet 1966.

Rue Potvin

En l'honneur de Gilbert Potvin, pionnier, pour souligner sa contribution à la construsction de l'aéroport de Chibougamau à cette époque. Le nom de cette rue a été officialisé le 4 juin 1973.

Avenue Rand

En référence à la mine Copper Rand.

Rue Rouvier

En l'honneur de Jean Rouvier, premier mathématicien de Chibougamau et ingénieur minier.

Rue Saint-Jacques

En référence à l'apôtre du même nom.

Rue Saint-Luc

En référence à l'apôtre du même nom.

Rue Saint-Pierre

En référence à l'apôtre du même nom.

Rue Tremblay

En l'honneur de René Tremblay, pionnier commerçant, propriétaire de l'Hôtel Monaco.

Rue Valiquette

En l'honneur de Guy Valiquette, commerçant, propriétaire de l'Hôtel Château Gay et passionné de politique.

Rue Vinette

En l'honneur du curé fondateur de la paroisse Saint-Marcel de Chibougamau, l'abbé Marcel Vinette, premier curé de Chibougamau. Le nom de cette rue a été officialisé le 7 octobre 1960.

Rue Wilkie

En l'honneur de Raymond Wilkie, échevin de Chibougamau de 1954 à 1958. Le nom de cette rue a été officialisé le 4 juin 1973.

Rue Wilson

En l'honneur de Larry Wilson, qui parcourut la région à titre de prospecteur. Il découvrit les gisements de la mine Bateman Bay, dont il fut le premier président. Au confluent des lacs Chibougamau et Doré, il fit construire une maison pour y accueillir les visiteurs. Il nomma l'endroit Rainbow Lodge, soit le Pavillon de l'arc-en-ciel. 

La municipalité de Chibougamau put construire sa première bibliothèque grâce à sa généreuse contribution. En 1952, il publia un livre sur la région, Chibougamau Venture, traduit et paru en français en 1956 sous le titre L'Appel du Chibougamau. Larry Wilson est décédé à Montréal en 1963. À noter que cette rue remplaça, le 25 juillet 1961, celle qui était jusqu'alors nommée Rue du Couvent.  


Plan du site