Dates et faits saillants

Ville

Ville

Dates et faits saillants

Avant l'homme blanc étaient les Cris

  • XVIe et XVIIe siècles La région de Chibougamau n'est connue que des Cris. Nomades, ils vivent de chasse et de pêche et échangent avec des Autochtones vivant plus au sud du territoire des fourrures, des pierres pour pointes de flèches, du tabac et de la poterie. Le lac Chibougamau est un important lieu de rencontre pour les chasseurs de la région, qui chassent le caribou forestier.
  • Seconde moitié du XVIIe siècle Un premier contact est établi entre les Cris de Chibougamau et les commerçants et missionnaires français.
  • Début du XIXe siècle La Compagnie de la Baie d'Hudson ouvre un poste de traite au lac Mistassini. L'été, les Cris échangent des fourrures contre divers objets et, en canot, apportent leurs fourrures au poste de traite de Rupert House (Waskaganish). Ils retournent à leurs territoires de chasse l'automne venu.
  • Début du XXe  siècle Le territoire situé aux alentours des lacs Doré et Chibougamau appartient à une seule famille crie, les Couchees.

L'arrivée des Blancs et le début de l'exploration minière

  • 1870 Arrivée de James Richardson, géologue envoyé par la Commission géologique du Canada, dans le secteur du lac Chibougamau.
  • 1903 Peter McKenzie, gérant de la McKenzie Trading Co., apporte au laboratoire de Québec des échantillons de minerai récupéré dans la région.
  • 1904 Joseph Obalski, inspecteur des Mines du Québec, étudie les échantillons de McKenzie.
  • 1905 Publication d'un rapport en faveur de l'exploitation minière du secteur du lac Chibougamau.
  • 1909 Construction d'une route d'hiver reliant le lac Chibougamau à Saint-Félicien pour l'exploration minière.
  • 1910 Ouverture de la route d'Oskelaneo, dorénavant utilisée pour se rendre dans la région minière de Chibougamau par voie d'eau à partir de la Haute-Mauricie.
  • 1920-1929 Construction de trois édifices au poste de traite de la Compagnie de la Baie d'Hudson : maison du gérant, magasin et entrepôt.
  • 1929  Arrêt des activités minières dans la région en raison de la crise économique. Une dizaine de Blancs demeurent sur place. La bande crie de Chibougamau, affiliée au poste de Chibougamau, se compose de plus de 12 familles : on l'appelle Oujibogamau Innu, les gens du lac Chibougamau. L'intérêt pour les activités minières reprendra en 1934.
  • 1934 Le poste de Chibougamau est au cœur des activités minières de la région. La population blanche atteint le millier d'individus.

La fin d'une époque et la dispersion des Cris

  • 1939-1945 La Seconde Guerre mondiale provoque à nouveau l'arrêt des activités minières. Le poste de Chibougamau fermera ses portes en 1942 et les Cris se disperseront sur les terres environnantes.
  • 1949 Construction de la première route gravelée praticable à l'année reliant Chibougamau au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Elle deviendra la route provinciale 167.
  • 1950 Parachèvement de la route 113, qui relie Chibougamau à Chapais.
  • 1950 Chibougamau obtient le statut de territoire.
  • 1952 Chibougamau obtient le statut de village minier et est administrée par le gérant Jacques Perreault. La même année, Chibougamau devient une paroisse. Elle compte alors 25 scieries.
  • 1953 Début de la production à Opemiska Copper, à Chapais. Un réseau d'aqueduc et d'égout est mis en place à Chibougamau.

La naissance d'une ville et le déploiement des activités minières

  • 1954 Chibougamau obtient le statut de ville minière. Le conseil municipal est nommé par le lieutenant-gouverneur de l'époque, l'Honorable Gaspard Fauteux. Jean-Baptiste Laflamme en est nommé maire. La première séance du conseil municipal a lieu le 4 octobre 1954.
  • 1955 Début de la production à la mine Principale de la compagnie Campbell.
  • 1957 Inauguration du chemin de fer qui relie Chibougamau à Senneterre, en Abitibi.
  • 1958 Entrée en fonction du premier conseil municipal, élu par la population le 24 avril. La première assemblée a lieu le 1er mai suivant sous la présidence du maire Godefroy de Billy. La même année, un chemin de fer reliant Chibougamau au Lac-Saint-Jean et à l'Abitibi est construit, tandis que la Défense nationale annonce son intention d'installer une station radar à Chibougamau, sur le mont Bourbeau. Cette station, inaugurée en 1962, sera démantelée en 1988.
  • 1959 Inauguration du chemin de fer qui relie Chibougamau à Saint-Félicien.
    Dévoilement des armoiries de la ville.
  • 1960 Investissement de 16 millions de dollars par la compagnie minière Patino pour l'exploitation de la mine Copper Rand.
  • 1960 Construction de la route Chibougamau-Senneterre (prolongement de la route 113).

Chibougamau, une ville au cœur de la région

  • De 1960 à 1972 Chibougamau et Chapais sont les plus grandes productrices de cuivre de l'est du Canada.
  • 1962 Ouverture de la base militaire des Forces armées canadiennes.
  • 1963 Ouverture des Chantiers de Chibougamau.
  • 1962 Inauguration de CHIB-FM, première station de radio à émettre à Chibougamau.
  • 1963 Inauguration du premier hôpital par le ministre des Affaires municipales, Pierre Laporte.
  • 1969 Création d'un Centre d'amitié autochtone à Chibougamau.
  • 1970 Mise en fonction d'une piste d'atterrissage au lac Caché, à 10 km au sud de Chibougamau.
  • 1973 Construction de l'aréna municipal.
  • 1974 Les dernières familles cries quittent le lac Doré pour s'établir ailleurs dans la région, dont à Chibougamau.
  • 1975 Signature de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois.
  • 1976 Pavage de la route Chibougamau-Saint-Félicien (route 167) à la suite d'un blocus en 1971.
  • 1977 Découverte, par Inmet, d'un gisement qui amènera l'ouverture de la mine Troilus (Inmet n'existait pas à l'époque) à 200 km au nord de Chibougamau ; production jusqu'en 1997.
  • 1981 Ouverture du Centre d'études collégiales à Chibougamau.
  • 1982 Construction de l'aéroport Chibougamau-Chapais
  • 1983 Création de la première télévision communautaire de la Baie-James, qui diffuse à Chapais et à Chibougamau.
  • 1987 La Ville de Chibougamau est intégrée à la région administrative du Nord-du-Québec.
  • 1988 Fermeture de la base militaire des Forces armées canadiennes.
  • 1989 Godefroy de Billy, ancien maire de la ville, reçoit l'Ordre du Canada en reconnaissance de son dévouement exceptionnel envers sa communauté et de son grand apport à l'économie chibougamoise.
  • 1991 Québec approuve la construction de la route du Nord, qui relie Chibougamau à la Baie-James.
  • 2002 Signature de la Paix des Braves, qui fait suite à celle de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois de 1975.
  • 2004 Cinquantième anniversaire de la fondation de la ville.
  • 2007 Lancement de la station de mesure des gaz à effet de serre d'Environnement Canada à Chibougamau.
  • 2009 Entrée en fonction de Manon Cyr, première mairesse de Chibougamau.
  • 2011 Annonce du Plan Nord, dont le territoire d'application inclut la ville de Chibougamau.
  • 2012 Québec conclut une entente avec les Cris pour le prolongement de la route 167 vers les monts Otish. Inauguration du pavillon multifonctionnel du parc Obalski.

Plan du site